histoire

C'est dans le but de recueillir des données relatives au réchauffement de l'Arctique que le Canada a augmenté ses efforts de recherche dans cette région. En juin 2002, une proposition émanant d'un consortium d'universités canadiennes et d'agences fédérales en vue de transformer le brise-glace Sir John Franklin, long de 98 mètres, en un navire de recherche ultramoderne a été acceptée par le Fonds de collaboration internationale de la Fondation canadienne pour l'innovation (FCI). La subvention de la FCI a permis de moderniser le Sir John Franklin, alors désaffecté, et de procéder à des transformations structurelles majeures en vue d'adapter le navire à sa nouvelle mission scientifique et d'acquérir divers équipements scientifiques pouvant y être installés. Une contribution importante de Pêches et Océans Canada (Garde côtière canadienne) a permis de terminer les travaux de modernisation. Le brise-glace de recherche a été rebaptisé NGCC Amundsen le 26 août 2003, en l'honneur de Roald Amundsen, célèbre explorateur de l'Arctique. En 2006, une importante subvention de la FCI et des gouvernements du Québec et du Manitoba est venue consolider le rôle du NGCC Amundsen comme infrastructure de recherche arctique avec l'achat de nouveaux équipements scientifiques et la mise à niveau des équipements en place.

Au cours de sa première mission scientifique dans l'Arctique, en 2003-2004, le NGCC Amundsen est resté en mer pendant 390 jours, sans escale. La première partie de la mission, une fructueuse expédition menée dans la mer de Beaufort dans le cadre de l'Étude internationale du plateau continental arctique canadien (CASES), a duré 348 jours. Pour la deuxième partie de la mission, le NGCC Amundsen s'est transformé en clinique médicale flottante. Pendant 42 jours, des médecins, infirmières et infirmiers ainsi que des chercheurs du domaine de la santé ont utilisé le navire pour visiter 14 communautés côtières du Nunavik (Nord du Québec) dans le cadre de l'enquête Qanuippitaa? (Comment allons-nous?) visant à évaluer l'état de santé général des membres des communautés de cette région. Depuis cette première mission, le NGCC Amundsen constitue la principale infrastructure de recherche utilisée par le réseau ArcticNet. En juillet 2007, le brise-glace a quitté le port de Québec pour une expédition historique de 15 mois dans l'Arctique canadien afin d'entreprendre divers projets financés par le programme canadien pour l'Année polaire internationale (API). Depuis 2009, l’Amundsen a appuyé des partenariats avec le secteur de l’exploration pétrolière pour recueillir de nouvelles données environnementales dans la mer de Beaufort.

Depuis 2003, le navire a séjourné plus de 1700 jours en mer et accueilli plus de 1500 chercheurs, techniciens, étudiants, professionnels et journalistes de plus de 20 pays, tout en parcourant plus de 223 000 milles marins ou plus de 10 fois la circonférence de la terre.

© Tous droits réservés 2017 Amundsen Science